Retour

Nouvelles

Les CCTT allient humains et technologies pour bâtir une société verte et durable (article paru sur le Portail du réseau collégial du Québec)

 
 

8 novembre 2021

Cet article a rédigé par le Portail du réseau collégial dans le cadre de notre entente de partenariat. Pour consulter l'article original : http://www.lescegeps.com/reche...
Auteur : Alain Lallier


Les entreprises et les organisations doivent repenser leur mode de fonctionnement ou de production pour adopter des pratiques, des procédés et des technologies plus durables. Près de la moitié des 59 centres collégiaux de transfert de technologies et de pratiques sociales (les CCTT) travaillent directement dans des domaines d’expertise liés, mais comme il s’agit de plus en plus d’éléments distinctifs à valeur ajoutée et d’objectifs de leurs clients, tous les CCTT interviennent afin que les solutions qu’ils proposent soient plus vertes, plus responsables et plus durables.

Pour le CIRADD, un centre de recherche en développement durable situé en Gaspésie, c’est le cœur de ses activités. Par ailleurs, les mêmes préoccupations se retrouvent au centre de pêche, aquaculture, transformation et valorisation des produits aquatiques Merinov, ainsi que chez Kemitek (Thetford) au niveau de la chimie verte et chez Coalia (Thetford) en technologie minérale et en plasturgie. « Ce que nous voyons apparaître de plus en plus à l’intérieur des centres, qui ne sont pas spécialisés en développement durable, c’est la présence de plusieurs projets et réorientations qui vont en ce sens. Dans le domaine du textile, le Centre de recherche et d’innovation en habillement (Vestechpro) du Cégep Marie-Victorin et le Centre d’excellence des textiles techniques, des géosynthétiques et des matériaux avancés à base de textile (Groupe CTT) à Saint-Hyacinthe ont entamé plusieurs projets de recherche qui intègrent la notion de durabilité, explique Gregory Hersant, coordonnateur au soutien à la recherche chez Synchronex.

CIRADD équipe


Équipe de travail du CIRADD

Des CCTT à vocation sociale, comme le CIRADD (Gaspésie), le Centre d’étude en responsabilité sociale et écocitoyenneté (CERSÉ) du Collège de Rosemont ou le Centre d’étude des conditions de vie et des besoins de la population (ÉCOBES) du Cégep de Jonquière, réalisent aussi des activités dans une perspective de développement durable.

Dans le cadre de sa rencontre annuelle des experts, Synchronex a tenu un atelier pour les experts intitulé Allier humains et technologies pour bâtir une société verte et durable au printemps dernier. Une séance de 80 communications affichées portait sur des projets de recherche diversifiés en développement durable, dans tous les secteurs. Près des deux tiers des centres ont présenté des projets. Plusieurs recherches impliquaient une collaboration entre plusieurs d’entre eux. « Nous voyons de plus en plus de projets croisés entre des centres en innovation sociale et d’autres en technologie, précise monsieur Hersant. Par exemple, le CIRADD a développé, en collaboration avec Biopterre, un outil d’évaluation d’impacts économiques, sociaux et environnementaux du mycodéveloppement au Kamouraska. En écologie industrielle, au Cégep de Sorel-Tracy, le CTTÉI collabore à des projets qui touchent à l’économie circulaire. »

Merinov en action


Merinov en action

Lors de cet atelier des experts, plusieurs projets se sont démarqués. Le « COUP DE CŒUR des experts » est allé au projet du Centre de géomatique du Québec(CGQ) qui vise à mettre le Québec maritime sur la carte grâce à la cartographie participative comme démarche d’innovation ouverte dans les Comités ZIP. Le « COUP DE CŒUR de la relève innovante »a quant à lui retenu le projet du centre Biopterre : Biobase : Inventorier les propriétés physico-biochimiques des biomasses résiduelles. Le projet de Merinov, visant à contrôler l’ammoniaque dans les viviers de homards américains avec un biofiltre à base de nori comestible, a quant à lui obtenu le « COUP DE CŒUR du changement durable ».

Gregory Hersant souligne que les organismes subventionnaires encouragent de plus en plus les projets de recherche respectant les objectifs de développement durable de l’ONU. « Il devient important de démontrer comment ces objectifs sont pris en compte dans le projet. Au niveau du réseau, nous essayerons d’aider les centres à intégrer cette dimension dans leurs activités. Nous ferons d’autres rencontres d’experts et je suis convaincu qu’un nombre important de projets toucheront le développement durable. Nous faisons face à une tendance sociale lourde qui influencera les activités des centres. Nous devons développer de nouvelles approches avec de nouvelles façons de faire qui provoquent des changements de paradigme. Les entreprises doivent prendre ces réalités en considération et adapter leurs pratiques. Le développement durable inspire autant les consommateurs et les utilisateurs que des instances politiques et des projets de recherche. Ça percole des deux côtés, » conclut-il.

Gregory Hersant, coordonnateur au soutien à la recherche chez Synchronex.
Gregory Hersant, coordonnateur au soutien à la recherche chez Synchronex.


Pour suivre les actualités du Réseau des CCTT :

Facebook : https://www.facebook.com/reseauCCTT
LinkedIn: https://www.linkedin.com/company/reseaucctt
Twitter : https://twitter.com/reseaucctt